Méditation adoration eucharistique


Adoration Eucharistique N°10

Chant d’entrée au moment de l’exposition de Jésus eucharistie

Chant : au choix

Pendant ce temps de prière, nous contemplons le Cœur miséricordieux de Jésus qui nous est offert.


1er lecteur :

Lecture de la Parole de Dieu dans l’évangile selon St Jean (Jn 10.27,30) :

« Mes brebis écoutent ma voix,

moi, je les connais, et elles me suivent.

Je leur donne la Vie Eternelle : jamais elles ne périront, personne ne les arrachera de ma main.

Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tout, et personne ne peut rien arracher de la main du Père.

Le Père et moi nous sommes UN . »



Le père Anselm Grün : « L’Eglise catholique a toujours compris l’Eucharistie comme un sacrifice. Quand la Bible dit que la mort de Jésus est un sacrifice, elle veut expliquer par là, que dans sa mort, Jésus est allé jusqu’au bout de son amour – Jésus n’a pas conçu sa mise à mort comme un échec, mais comme une offrande pour les siens –c’est ce qu’il explique dans la parabole du Bon Pasteur : « Je donne ma vie pour mes brebis… Personne ne peut me l’enlever, mais je la donne de moi-même (Jn 10, 15-18). La mort de Jésus est donc l’expression d’un amour avec lequel il nous a aimés sans réserve jusqu’au boutet l’expression de sa liberté et de sa souveraineté, dans lesquelles il s’est livré pour nous.

En célébrant sa mort et sa résurrection dans l’Eucharistie, nous nous plaçons dans son amour avec lequel il a pensé personnellement chacun de nous. A travers le sacrifice du Christ tout est renouvelé par la puissance de son amour. En nous, jaillit à nouveau la source de son amour. »


Pendant ce temps de silence, laissons-nous pénétrer de ce grand mystère et adorons la bonté d’un Dieu si humble. « Au soir de notre vie, nous serons jugés sur l’amour … » rappelle St Jean de la Croix. C’est lui et lui seul, qui couvrira la multitude de nos péchés ! Hâtons-nous donc d’aimer …


-Silence-


Chant : au choix


2ème lecteur :

Tout est pénétré de l’Amour de Jésus. Du père Grün :

« Adorer signifie regarder l’hostie en y voyant le Christ lui-même. En contemplant l’hostie, je pressens que ce pain n’est pas seulement transformé en corps du Christ, mais que cette transformation englobe le monde entier. Le Christ est devenu le centre le plus intime de toute réalité. En regardant le Saint Sacrement je regarde le monde avec des yeux neufs. Je connais le Christ comme véritable fondement de toute chose. Et je sais que tout est pénétré de son amour. Dans la contemplation de l’hostie, nous regardons la réalité de notre vie sous un jour nouveau. »

-Silence-


1er lecteur :

« Seigneur Jésus-Christ, tu as fait jaillir la source du salut de l’arbre de la Croix : toutes les grâces ruissellent sur nous de ton cœur ouvert. »


Assemblée : Cœur de Jésus, dont la plénitude se répand sur nous, nous avons confiance en toi.


Cette source est maintenant intarissable. Les hommes de tous les temps peuvent y trouver le salut. C’est pourquoi tu as gardé tes plaies ouvertes même dans ton corps glorifié. Et à chaque messe, tu ouvres ton cœur à nouveau aux pécheurs. Dans ton amour, tu nous appelles tous à toi : « si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive ! »



Assemblée : Cœur de Jésus, dont la plénitude se répand sur nous, nous avons confiance en toi.



Tu désires ardemment attirer à toi tous les hommes : « Venez à moi, vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau et moi je vous soulagerai. »



Assemblée : Cœur de Jésus, dont la plénitude se répand sur nous, nous avons confiance en toi.



Tu viens à nous dans la joie, et cependant notre joie n’est pas complète, car nous vivons dans la lumière obscure de la foi. Conduis-nous vers la pleine lumière où notre joie sera parfaite quand nous te verrons face à face.


Assemblée : Cœur de Jésus, dont la plénitude se répand sur nous, nous avons confiance en toi.


Chant : au choix


1er lecteur :

Ecoutons le pape Jean-Paul II :

« Dieu riche en miséricorde. » Ces quelques mots résument « en quelques sorte toute la vérité sur l’amour de Dieu qui a sauvé l’humanité. La plénitude de cet amour est révélée dans le sacrifice de la croix. En effet, personne n’a plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis (Jn 15,25). Voilà la mesure de l’amour de Dieu ! Voilà la mesure de la miséricorde de Dieu ! Lorsque nous sommes conscients de cette vérité, nous nous rendons compte que l’invitation du Christ à aimer les autres, comme il nous a aimés, nous propose à tous cette même mesure. Nous comprenons que Dieu, en nous accordant sa miséricorde, attend que nous soyons témoins de la miséricorde dans le monde d’aujourd’hui. »



2ème lecteur :

Madame Claire Lubich, présidente des Foccolari, exprimait ceci :

« Dieu nous dévoile l’amour de miséricorde. L’amour affectueux et efficace des malheureux, des oubliés, des victimes de la vie, des pécheurs.

Un amour qui part à la recherche de l’égaré, ami, frère ou inconnu et lui pardonne soixante-dix fois sept fois.

Un amour qui fête davantage le pécheur rescapé que cent justes et prête à Dieu son intelligence pour témoigner sa joie au fils prodigue.

Un amour qui ne mesure pas et ne sera pas mesuré. Un amour épanoui, débordant, universel, concret… »

Dans le silence livrons nous à cet Amour qui se déverse pour chacun de nous.


Chant : au choix


1er lecteur :


« Mes brebis écoutent ma voix, moi je les connais, et elles me suivent. » (Jn 10, 27)


Écoutons, en contemplant Jésus Eucharistie cette exhortation du pape Jean-Paul II :


« Cœur de Jésus, patient et d’une miséricorde infinie. N’est-il pas ainsi le cœur de Jésus qui défendit la femme adultère de la lapidation et lui dit ensuite : Va, désormais, ne pèche plus ?

N’est il pas ainsi le cœur de celui qui fut appelé « ami des publicains et des pécheurs » ?

Regardons avec Marie, l’intérieur du cœur ! Regardons en particulier ce cœur au moment de la crucifixion : lorsqu’il a été transpercé par la lance. Lorsque s’est révélé jusqu’au tréfonds le mystère qui s’y trouve inscrit.

Le cœur patient, car d’une miséricorde infinie ! Qu’est ce en effet que la miséricorde sinon cette mesure définitive de l’amour, qui s’abaisse jusqu’au cœur même du mal afin de le vaincre par le bien ? Qu’est ce sinon l’amour qui triomphe du péché du monde à travers la souffrance et la mort !

Marie, mère de miséricorde, tourne nos regards vers le cœur de Jésus que tu as vu ouvert sur la croix pour être à jamais Source de Vie. Mère, attentive à nos épreuves, conduis nous sur le chemin de l’espérance. Dans nos incertitudes et nos appréhensions, rappellenous la promesse de Jésus : « l’humanité n’aura de paix que lorsqu’elle s’adressera avec confiance à la divine miséricorde.

Jésus j’ai confiance en toi ! »


-Temps de silence-


Prière finale


2ème lecteur :

St Paul nous dit : « le Seigneur est proche, n’entretenez aucun souci » (Ph 4,4)

Nous te donnons Seigneur toutes les habitudes, les dépendances qui nous freinent dans nos missions ou qui nous replient sur nous-mêmes. Dans ton Fleuve de Tendresse qui nous rend libres, nous déposons tous les hommes pris par l’alcool, la drogue et par toute passion aliénante.



Chant : au choix


St Paul nous dit : « Si vous êtes en communion dans le Christ, vous êtes bénis avec Abraham. » (Gal 3,9)

J’accueille Seigneur, ta bénédiction sur moi. Oui Seigneur, viens bénir mon cœur qui a soif de toi, bénis nos familles, nos relations, nos communautés. Que je sois une bénédiction pour les autres, rempli de Ta Présence, de l’Amour de ton Nom.


Chant : au choix


Merci Seigneur pour cette Paix, don de toi : c’est une grande grâce de ta miséricorde : « Voici que je fais couler vers elle la Paix comme un fleuve » (Is 66, 12) Si chacun de tes fleuves nous a largement pardonnés, guéris, libérés, redonné Vie et bénis, c’est bien parce que tu nous as emportés dans les flots de ton Amour, de ta Paix et de ta Joie !

Ainsi ensemble nous redisons : Notre Père

Chant final pendant que l’eucharistie est déposée au tabernacle.


Chant : au choix